Des députés déchus par la cour constitutionnelle pour incompatibilité

La Cour constitutionnelle vient de déclarer la déchéance de 16 députés élus à l’issue des dernières législatives. Il s’agit essentiellement de représentants ayant accepté, après le scrutin, une fonction jugée incompatible avec leur mandat à la Chambre des représentants.

Datent du 4 novembre, la liste des parlementaires déchus fait référence aux présidents de collectivités territoriales et des ministres. Plusieurs s’attendaient à de telles décisions et avaient préalablement déposé leur démission. Pas de quoi influencer le résultat : dans leur cas, la déchéance s’applique « de plein droit ».

Pour chaque déchéance, la Cour a logiquement déclaré la vacance du siège concerné. Le candidat, qui succède immédiatement au dernier élu sur la même liste de candidature, sera appelé à occuper le siège désormais libre. Le remplacement devra survenir dans un délai de trois mois à compter de la publication, au Bulletin officiel, de la décision de la Cour constitutionnelle.

Ainsi, Tanger, Tétouan, Oujda, Fès, Meknès, Marrakech, Rabat, Témara, Casablanca, Kénitra, Safi, Agadir et Salé font partie de la liste des communes, dont la présidence est incompatible avec un siège au Parlement.

Dans les détails, les déchéances concernent des présidents de conseils régionaux, dont deux issus du PI, deux du PAM et deux du RNI. On cite les cas de Abdelouahed Ansari (PI), élu aux législatives au titre de la circonscription locale de Meknès, puis, le 22 septembre, comme président de la région Fès-Meknès. Idem pour Khattat Yanja, autre député istiqlalien devenu, le 17 septembre, président de la région Dakhla-Ouad Ed Dahab.

Accès illimité

Dans la même catégorie, on retrouve également Rachid El Abdi (PAM), élu le 18 septembre à la tête de la région Rabat-Salé-Kénitra ; Omar Moro (RNI), élu le 20 septembre à la tête de la région Tanger-Tétouan-Hoceima ; Karim Achengli (RNI), élu le 17 septembre à la tête de la région Souss-Massa ; et Adil El Barakat (PAM), qui préside la région Béni Mellal-Khénifra depuis le 20 septembre.

Rachid Tamek (PAM), Jaouad Gharib (RNI) et Said Nassiri (PAM) ont été, pour leur part, écartés pour avoir accepté respectivement leur nouvelle fonction de président du conseil provincial à Assa-Zag, du conseil provincial de Kénitra et du conseil préfectoral de Casablanca.

La Cour a, en outre, déclaré la déchéance de six députés parmi ceux nommés au gouvernement.

Il s’agit de Abdellatif Ouahbi (PAM-circonscription Taroudant Nord),  aujourd’hui ministre de la Justice ; Nizar Baraka (PI), qui perd son siège à Larache suite à sa nomination au ministère de l’Équipement ; Fatima-Zahra Mansouri (PAM-Al Madina-Sidi Youssef), ministre de l’Aménagement du territoire, par ailleurs maire de Marrakech ;  Mohammed Sadiki (RNI-Berkane), ministre de l’Agriculture ; Mohamed Mehdi Bensaid (PAM-Rabat-Océan) et Mustapha Baitas (RNI-Sidi Ifni), qui occupe actuellement les fonctions de ministre délégué chargé des relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement.

 

laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus