Sommet de l’UA: Condamnation unanime des coups d’Etat qui secouent le continent

Du Burkina Faso au Soudan notamment, les coups d’Etat se sont multipliés récemment sur le continent africain. Ce contexte militaire a été la toile de fond du sommet annuel de l’Union africaine (UA), qui s’est tenu samedi 5 et dimanche 6 février, à Addis-Abeba, capitale éthiopienne et siège de l’organisation depuis dix ans.

Parmi les nombreux sujets évoqués, les coups d’Etat qui ont secoué le continent durant l’année écoulée ont fait l’unanimité contre eux.

Lors de la réunion du Conseil de paix et de sécurité, « chaque dirigeant africain de l’assemblée a condamné sans équivoque (…) la vague de changements anticonstitutionnels de gouvernement », a déclaré son dirigeant, Bankole Adeoye. L’UA « ne tolérera aucun coup d’Etat militaire sous quelque forme que ce soit », a-t-il ajouté, rappelant que tous les pays ayant connu des putschs ont été suspendus.

« A aucun moment dans l’histoire de l’Union africaine nous n’avons eu quatre pays suspendus en douze mois : le Mali, la Guinée, le Soudan et le Burkina Faso », a-t-il ajouté. Lors d’un discours samedi, le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, avait également évoqué la « funeste vague » de coups d’Etat, et souligné des « liens de causalité connus » avec le terrorisme.

 

Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus