Maroc-UE: La décision du tribunal européen sur les accords agricole et de pêche affecte surtout… l’Espagne

Le gouvernement de la communauté autonome d’Andalousie se dit « très préoccupé » suite à la décision en 1ère instance du Tribunal de l’Union Européenne (UE) concernant les accords agricole et de pêche avec le Maroc.

La décision du tribunal européen « est une source de grande préoccupation pour nous », a souligné le président de l’exécutif régional andalou, Juan manuel Moreno dans des déclarations à la presse.

« Une grande partie de nos pêcheurs pêchent au Maroc » et « en Andalousie tout ce qui est en lien avec les accords entre l’Union européenne et le Maroc, nous affecte directement et de manière profonde », a relevé le responsable régional espagnol.

Moreno affirme espérer « que les intérêts de l’Andalousie en matière de pêche seront pris en compte dans toutes les décisions qui seront adoptées par le gouvernement espagnol au sein de l’Union européenne ».

« Je crois que nos pêcheurs ne peuvent pas être abandonnés (…) et je demande donc aux autorités espagnoles de veiller aux intérêts de notre flotte de pêche au Maroc », a-t-il plaidé.

L’Espagne a défendu la continuité de l’accord de pêche entre le Maroc et l’Union européenne soulignant l’importance vitale de cet accord pour les pêcheurs espagnols.

« Nous voulons la continuité de l’accord (…) dans le cadre des relations de coopération et d’amitié que nous avons avec le Maroc », a souligné, mercredi, le ministre de l’agriculture, de la pêche et de l’alimentation, Luis Planas.

Le Maroc est un « partenaire stratégique » et une « zone de pêche importante » pour la flotte européenne et espagnole, puisque sur les 132 navires qui pêchent dans ses eaux, 93 sont Espagnols, a insisté Planas.

Le tribunal de l’Union européenne a rendu, mercredi, son jugement en première instance concernant le recours en annulation des décisions du Conseil européen au sujet des accords agricole et de pêche avec le Maroc.

La juridiction européenne a décidé d’annuler ces décisions « en maintenant leurs effets pendant une certaine période afin de préserver l’action extérieure de l’Union européenne et la sécurité juridique de ses engagements internationaux », lit-on dans le communiqué de presse du tribunal rendant compte de ce jugement.

laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus