Liquidité bancaire: Bouffée d’oxygène pour les trésoreries des banques

Le déficit de liquidité bancaire poursuit son évolution en dents de scie. Après une période d’aggravation, le besoin des banques en cash s’est légèrement atténué la semaine dernière. Son niveau hebdomadaire moyen baisse de 1% pour se fixer à 92,9 MMDH, suite au recul de la circulation fiduciaire.

Selon l’analyse hebdomadaire de BMCE Capital Global Research (BKGR), son encours hebdomadaire moyen a baissé de 1% pour se fixer à 92,9 milliards de DH (MMDH). Le département de recherches et d’analyses de la banque d’affaires de Bank of Africa justifie cet allègement par «la contraction de la circulation fiduciaire». Cette situation a ainsi conduit Bank Al-Maghrib à réduire le volume de ses interventions à court terme sur le marché monétaire via ses avances à 7 jours.

Ainsi, l’encours a été diminué de plus de 4,2 MMDH, pour se fixer à 31,65 MMDH comparativement à la semaine précédente. Il faut également savoir que cette réduction des avances hebdomadaires intervient dans un contexte où l’institut d’émission a renforcé son dispositif à long terme.

Le marché a aussi profité de «la dynamique» des placements de Trésor qui ont atteint près de 15,7 MMDH sur l’ensemble de la semaine. Dans ces conditions, le taux moyen pondéré s’est stabilisé à son niveau habituel de 1,5% reflétant l’équilibre continu entre l’offre et la demande de liquidité. Pour la semaine à venir, les analystes de BKGR tablent sur un renforcement du dispositif monétaire. Ils annoncent l’émission de 36,63 MMDH sous forme d’avances à 7 jours, soit 4,98 MM de plus comparé à la semaine précédente.

Sur le marché obligataire, les analystes relèvent une quasi-stabilité des taux primaires. Suite à l’importante levée du Trésor réalisée la semaine dernière, 3,5 MMDH, la courbe primaire est, en effet, restée globalement stable. «Les variations des taux enregistrées concernent une hausse de la ligne 52 semaines de +1,6 pbs à 1,5771% et la ligne 5 ans de +0,9 pbs à 2,0568%», indique BKGR dans son rapport. Il faut dire que «l’atténuation du déficit budgétaire de -6% à fin août montre l’absence du moins jusqu’ici, de fortes pressions sur les finances publiques».

Cette situation est confirmée par l’importance des placements du Trésor qui confirment leur tendance haussière après s’être établis à près de 16 MMDH la semaine passée. En y ajoutant les bons choix des maturités des adjudications du Trésor, la courbe primaire s’est ainsi stabilisée, et ce, depuis le début de l’année en cours. Une situation qui devrait se maintenir dans les semaines à venir

laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus