Le FMI recommande la mise en place d’un marché secondaire des créances en souffrance

L’inquiétante recrudescence des créances en souffrance dans le secteur marocain n’est pas passé inaperçue lors de la revue des fondamentaux économiques par les analystes du FMI. Une situation alarmant qui exige selon l’instance internationale l’accélération de la mise en place d’un marché secondaire de la dette en difficulté.

Les banques sont appelées par le FMI à gérer le portefeuille des créances en souffrance qui ne font que s’accumuler. Elles ont trois manières de le faire. D’abord le recouvrement judiciaire ensuite la radiation des créances en souffrance. La troisième manière est le marché secondaire des créances en souffrance.

En ce qui concerne le marché secondaire des créances en souffrance, le gouvernement et la Banque Centrale sont en train de travailler de manière déterminée pour créer ce marché. Mais des règles juridiques et fiscales sont impératives pour accompagner la cession desdites créances.

« Il s’agit donc d’une réforme importante à mener par BAM pour permettre aux banques de soutenir la croissance économique et  de contribuer à la relance », annonce  Roberto Cardarelli, à l’occasion de la mission virtuelle du 30 novembre au 10 décembre 2021 initiée dans le cadre des consultations de 2021 au titre de l’article IV des statuts du FMI.

« Les banques marocaines ont bien résisté à la crise, grâce à la rapidité et à l’ampleur de l’appui que leur a apporté BAM. Les services du FMI saluent la décision de BAM de mettre fin à la plupart des mesures prudentielles adoptées pour soutenir le secteur bancaire au cours de la pandémie.

BAM devra continuer à veiller à ce que les banques continuent de constituer des provisions pour créances douteuses, tout en accélérant, avec les autorités concernées, le lancement des réformes pour la création d’un marché secondaire des créances en souffrance » rappelle R. Cardarelli. Et d’enchaîner:  En outre, les autorités devraient parachever le projet de réforme légale visant à se doter d’un cadre plus solide en matière de résolution bancaire.

laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus