COP26, l’éternel goût d’inachevé

Si la grande messe de l’environnement, la COP26, s’est tenu à Glasgow, en Ecosse, du 31 octobre au 12 novembre, a été l’occasion pour les 180 pays censés prendre des engagements et apporter des solutions aux dégâts causés par le changement climatique, force est de constater que beaucoup de chemin reste à parcourir.

COP26, l’éternel goût d’inachevé

En dépit de quelques lueurs d'espoirs qui augurent des avancées notables en termes de de bonnes pratiques en faveur de la protection de l'environnement, la COP 26 n'a pas échappé à la règle de celles qui l'ont précédées: un goût d’inachevé, avec des annonces en deçà des attentes, et surtout loin de rassurer quant au maintien de la hausse des températures dans des limites soutenables.

Finance durable: Entre bonne volonté et suspicions de greenwashing

Si les initiatives se multiplient, aussi bien du côtés des émetteurs comme celui des investisseurs, laissant entrevoir le fait que le soutien politique et réglementaire semble désormais acquis, il n'en reste pas moins que d'importants progrès sont à faire pour aller au-delà des effets d'annonce.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus