Climat des affaires: Une plateforme digitale pour accompagner les entreprises, voit le jour

Le Comité national de l’environnement des affaires (CNEA) a présenté, mardi lors d’un webinaire, la nouvelle plateforme digitale « Business-dialogue » qui permet de faciliter l’identification des besoins des entreprises en matière d’amélioration du climat des affaires.

Initié par le CNEA, ce webinaire a été l’occasion pour les participants de souligner l’importance de cette plateforme qui se veut un espace de partage, de réflexion et d’échange public-privé visant à identifier les réformes prioritaires à initier pour un meilleur climat des affaires.

« Business-dialogue » permet aussi de débattre autour des thématiques qui reflètent les préoccupations des entreprises en matière d’environnement des affaires et apporter des réponses précises aux questions des entreprises dans ce sens, ont-t-il expliqué. « Les utilisateurs de la plateforme sont les entreprises, le CNEA, qui en assure l’administration, et les points focaux lesquels apportent des réponses à des questions relevant de leurs domaines d’intervention », a précisé Wissal Nakhaai, Community Manager au CNEA, faisant remarquer que la participation se fait en toute transparence comme dans un réseau social sans aucune forme d’anonymat à même d’assurer une bonne qualité de participations et de débats.

Et d’ajouter que plus de 14 thématiques sont proposées par la plateforme, notamment la fiscalité, l’entreprenariat, le financement, la gouvernance des entreprises, l’infrastructure, le capital humain, le foncier et l’urbanisme, et la concurrence.

De son côté, Thami El Maaroufi, coordinateur du CNEA a relevé que la plateforme « Business Dialogue » constitue « une pensée » dans le cadre d’une ouverture et partage de cette nouvelle manière de dialoguer avec les acteurs et parties prenantes d’autres « écosystèmes ».

S’attardant sur la politique nationale de l’amélioration de l’environnement des affaires au Maroc, le coordinateur du CNEA a relevé que celle-ci offre aux entrepreneurs et investisseurs les conditions leur permettant de libérer pleinement leur potentiel de création de valeur partout au Maroc.

M. El Maaroufi a, en outre, indiqué que le Comité propose au gouvernement les mesures susceptibles d’améliorer l’environnement des affaires, de coordonner la mise en œuvre des réformes et d’évaluer l’impact sur les domaines concernés. Pour sa part, Sandrine Beauchamp, représentante de la délégation de l’Union européenne (UE) au Maroc a salué le lancement de cette plateforme de réflexion permettant l’amélioration du climat des affaires, estimant qu’un bon climat des affaires suppose des actions qui reviennent sur des contraintes et obstacles très variés, lesquels empêchent une bonne productivité des entreprises.

laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus