Climat des affaires: Clap de fin pour le rapport Doing Business

Le célèbre classement Doing Business de la Banque mondiale ne paraîtra plus. La Banque mondiale vient d’en faire l’annonce, suite à la confirmation d’irrégularités dans l’élaboration des rapports des années 2018 et 2020. Au Maroc, les précédents gouvernements avaient fait de ce classement une obsession. Classé 75e mondial en 2016, et 53e en 2020, le Royaume envisageait son entrée dans le top 50 du Doing Business dès cette année.

Les rapports annuels Doing Business de la Banque mondiale ne seront plus publiés. L’institution en ainsi décidé et l’a annoncé hier soir, jeudi 16 septembre 2021, dans un communiqué. Une décision qui fait suite à des investigations menées par un cabinet indépendant, lesquelles ont révélé une série d’irrégularités dans l’élaboration du classement des éditions de 2018 et de 2020.

Lancé en 2002 par la Banque mondiale et la Société Financière Internationale, le rapport Doing Business est une publication annuelle largement consultée par les investisseurs. Son objectif est de mesurer dans 190 pays la réglementation des affaires et son application effective tout au long du cycle de vie de l’entreprise.

«Après avoir examiné toutes les informations disponibles à ce jour sur le rapport Doing Business, y compris les conclusions d’examens et audits antérieurs et le rapport rendu public aujourd’hui par la Banque au nom du conseil des administrateurs, la direction du Groupe de la Banque mondiale a pris la décision de mettre un terme à la publication du rapport Doing Business», souligne la Banque dans son communiqué.

«La confiance dans les travaux de recherche du Groupe de la Banque mondiale est d’une importance capitale. Ces travaux guident les actions des décideurs politiques, aident les pays à prendre des décisions mieux éclairées et permettent aux parties prenantes de mesurer les progrès économiques et sociaux avec plus de précision», ajoute la même source. Pour évaluer le climat des affaires et de l’investissement dans plus de 190 pays dans le monde, la Banque mondiale affirme travailler sur une « nouvelle approche »».

Une polémique sur des irrégularités dans des rapport Doing Business avaient éclaté au grand jour en août 2020, lorsque la Banque mondiale a annoncé la suspension du rapport 2021, dont la publication était prévue en octobre 2020.

«Un certain nombre d’irrégularités ont été signalées concernant des modifications des données des rapports Doing Business 2018 et Doing Business 2020, publiés en octobre 2017 et 2019. Les modifications des données n’étaient pas cohérentes avec la méthodologie Doing Business», avait alors indiqué la Banque mondiale.

Une évaluation systématique des changements de données survenus pour les cinq derniers rapports a donc par conséquent été menée, la Banque mondiale ayant en outre demandé à un service d’audit interne indépendant d’examiner attentivement les processus de collecte et d’examen des données et des contrôles, afin de protéger l’intégrité des données.

Ces audits ont pu ensuite démontrer que certaines équipes qui travaillaient sur le rapport «auraient modifié, sous pression» des données impactant le classement. Des «modifications» qui ont concerné des pays comme la Chine, l’Arabie Saoudite et l’Azerbaidjan, indique le rapport d’enquête publié hier, jeudi 16 septembre.

laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus