Pourquoi l’emprunt national sera coté en bourse?

La cotation de l’emprunt national à la place casablancaise permettra non seulement d’élargir les catégories d’investisseurs qui peuvent y participer mais favorisera également la liquidité du titre sur le marché secondaire.

L’emprunt national attendu et programmé pour la fin de l’année 2021,  a pour objectif la mobilisation de l’épargne des particuliers afin de financer l’effort étatique pour faire face à la crise du Covid-19.

Pour l’Etat, opter pour des bons de Trésor reste nettement moins cher. Mais avec cet emprunt, l’objectif est de fédérer la nation et proposer un projet de développement. D’ailleurs cet emprunt n’est pas concocté pour financer un déficit, c’est pour financer plutôt un investissement. 

A ce titre,  l’arbitrage entre la cotation de cet emprunt à la bourse de Casablanca, ou non, revêt une importance capitale dans la mesure où cela impactera systématiquement la typologie des investisseurs et leur engouement envers les titre de cet emprunt, et dans une plus grande mesure la liquidité de ces titres. 

En effet, un emprunt coté en bourse a pour but de permettre à certains types d’acteurs d’y investir. Aussi, certains investisseurs ont des réglementations et des normes spécifiques à leur secteur d’activité qui fait qu’ils ne peuvent investir que dans les actifs cotés, notamment les compagnies d’assurance puisqu’elles doivent actualiser la valeur de l’actif à un temps spécifique.  En effet, si l’actif est non coté, il n’y a donc pas la notion de mark to market, valeur réelle quotidienne sur le marché, qui sera reporté au niveau du bilan de la société. 

A contrario, le fait que cet emprunt soit coté en bourse est indubitablement une occasion pour certains investisseurs institutionnels d’y investir.  

Le fait que cet emprunt national s’adresse au grand public ne signifie pas nécessairement que les détenteurs des titres ne sont pas sensé les grader indéfiniment. Et c’est là où la cotation de cet emprunt s’avère idoine.

La présence d’un marché secondaire où ces titres seront négociables permettra aux détenteurs des titres de cet emprunt de les vendre avec un premium. Et ce sont les investisseurs institutionnels qui en seraient les acheteurs. Par conséquent, la cotation en bourse est censée permettre à une typologie d’institution financière, surtout les assurances, de participer à cette opération et animer ainsi le marché secondaire. 

Le marché secondaire, une opportunité

Le marché secondaire des obligations est un facteur important dans la réussite de cet emprunt. En son absence, les investisseurs ne seront pas vraiment intéressés pour participer à cette opération. La cotation en bourse va motiver les personnes physiques qui seront intéressés par le rendement de ce titre et par le bénéfice généré au moment de la vente. 

En outre, si le gouvernement avait opté pour une émission obligataire par appel publique à l’épargne sans une tranche cotée, l’opération serait restée limitée. Maintenant, avec cet emprunt qui sera coté en bourse, on est sûr de toucher tout type d’investisseurs : personnes physiques, et personnes morales, investisseurs institutionnels avec les OPCVM, les caisses de retraites et les assurances. Dès lors, cette cotation va donc encourager la liquidité de l’obligation. 

 

 

Leave a comment

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More