Objectifs de Développement Durable: Une marche contrariée par la pandémie

A l’instar de la communauté internationale et cinq ans après l’adoption de l’agenda 2030, le Maroc s’est attelé à la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable (ODD). Ayant enregistré des progrès significatifs grâce au précédent programme du « millénaire », le Royaume cherche à mobiliser tous les moyens disponibles, nationaux et internationaux, pour honorer ses engagements durant la prochaine décennie. Une marche soutenue mise à mal par la pandémie qui, en plus d’avoir freiné l’élan du pays, a amplifié l’urgence de la réalisation de ces objectifs.

Cinq ans après leur ratification par le Royaume, l’heure est au premier bilan de l’évolution de l’exécution des ODD. Elaboré par le Haut-Commissariat au Plan (HCP) sur la base des données statistiques dédiées aux ODD (BDS) et les bilans par objectif des départements gouvernementaux concernés, le Rapport National sur les réalisations du Maroc au titre de l’année 2020, présente les défis à relever en relation avec l’agenda 2030 et éclaire sur le choix des politiques publiques prioritaires à entreprendre.

Construit sur la base d’analyses des politiques de développement à moyen et long termes, particulièrement celles liées à l’agenda 2030, ce rapport présente les scénarii d’évolution des ODD simulés sur la base d’un modèle d’équilibre général calculable (Sustainable Development Goal Simulations; en abrégé SDGSIM), développé par le HCP en collaboration avec le PNUD.

Un modèle construit pour présenter une vue globale et cohérente de l’économie, notamment les liens entre la production et la création des revenus et les interactions entre les comportements micro et macroéconomiques des différents agents économiques représentés par les ménages, les entreprises, l’Etat (politiques budgétaires et fiscales) et le reste du monde.

Il présente ainsi le panorama, par objectif, des réalisations du Programme de Développement Durable 2015-2030 et évalue les scénarios d’évolution à l’horizon 2030, à la lumière des politiques gouvernementales, institutionnelles, économiques, sociales et environnementales.

Le Maroc qui s’est engagé, depuis le début des années 2000 dans de grands chantiers sociétaux de développement durable, a vu ses choix confortés avec l’avènement du programme mondial des objectifs de développement durable(ODD), mais aussi ses réformes et stratégies engagées qui prennent de nouvelles dimensions.

Le programme mondial 2030 étant désormais considéré comme un cadre global de développement qui se recoupe dans la majorité de ses ambitions avec le projet de société auquel aspirent les Marocains et dont les contours et principes ont été définis par le Souverain.

Partant de là, afin d’appréhender les ODD, tout en tenant compte de leur caractère intégré et indivisible, la démarche adoptée par le Maroc pour la mise en œuvre de ce programme s’est articulée autour d’approches structurantes axées sur la promotion des droits humains, la transition vers l’économie verte, la régionalisation avancée, la cohésion sociale et territoriale, la participation citoyenne et le développement de partenariats stratégiques, notamment Sud-Sud et triangulaire.

Le Royaume a adopté dans ce sens des stratégies intégrées telles que l’Initiative Nationale pour le développement Humain (INDH) qui vise, à la fois, la lutte contre la pauvreté et l’exclusion, la promotion des prestations des services de santé et d’éducation, le développement des activités génératrices de revenus pour les populations démunies et le développement des territoires défavorisés.

Il s’agit également de la Stratégie Nationale de Développement Durable (SNDD) qui intègre la majorité des cibles dans ses objectifs et axes stratégiques. Il a aussi développé des outils techniques, notamment, un modèle d’équilibre général calculable qui permet d’analyser la cohérence des politiques publiques et les interactions entre les ODD.

Il s’est aussi engagé dans des approches d’analyse des thématiques transversales pour prendre en considération le caractère intégré des ODD, en l’occurrence, les questions relatives au développement humain, la protection sociale, l’égalité des sexes, la croissance et l’emploi, les inégalités et la gestion intégrée des ressources naturelles.

Pour ce qui est de la mobilisation du financement de la mise en œuvre des ODD, le Maroc s’est engagé dans un ensemble de chantiers permettant d’utiliser d’une manière efficace et efficiente les ressources existantes et de mobiliser davantage les ressources financières internes et externes.

Il s’agit en l’occurrence de la mise en œuvre de l’approche budgétaire axée sur la performance dans le secteur public, la réforme du système fiscal, la préservation des équilibres macro-économiques, le renforcement des investissements dans les secteurs industriels à forte valeur ajoutée, la contractualisation avec le secteur privé, l’attractivité des investissements directs étrangers et la gestion prudente de la dette publique.

Avancées remarquables

Au bilan des réalisations des ODD, l’examen de l’état d’avancement fourni par le HCP permet de relever que des cibles sont déjà atteintes 10 ans avant leurs échéances. Il s’agit notamment l’éradication de la faim, la réduction de la mortalité maternelle et infantile, la généralisation de la scolarisation primaire, la réalisation de la parité filles-garçons dans tous les cycles scolaires et la généralisation de l’accès à l’eau et à l’électricité.

Dans le détail, et en termes d’améliorations des conditions de vie des populations, la faim a été éradiquée déjà en 2014 et la pauvreté a été réduite, en 2018, à 2,9%. La nutrition des enfants de moins de 5 ans a été améliorée puisqu’en 2018, l’émaciation a été réduite à 2,6%.

En 2019, l’accès aux services sociaux de base est généralisé en milieu urbain et quasi-généralisé en milieu rural où il atteint 97,4 % pour l’eau, 99,6% pour l’électricité et 91% pour l’assainissement. Les conditions d’habitation ont été, également, améliorées puisque la proportion de l’habitat insalubre urbain a baissé de 8,4% en 2004 à 3,6% en 2018.

En plus, des efforts importants ont été consentis dans le domaine du désenclavement rural, grâce aux programmes de construction d’un réseau de routes rurales, portant le taux de désenclavement en 2017 à 79,3% contre 54% en 2005.

Accès illimité

Dans le domaine de la santé, le Maroc a, en 2018, déjà ou presque réalisé les cibles relatives à la mortalité maternelle et infantile. Le taux de mortalité maternelle est, ainsi, de 72,6 décès pour 100000 naissances vivantes en 2018, celui de la mortalité des enfants de moins de 5 ans est de 22,16 pour 1 000 naissances vivantes et celui de la mortalité néonatale est de 13,56 décès pour 1 000 naissances vivantes. De même, le taux de couverture médicale a atteint 68,8% en 2019.

Dans le domaine de l’éducation, après la généralisation de l’enseignement primaire et la réalisation de la parité filles/garçons dans pratiquement tous les cycles scolaires, le taux de scolarisation dans le secondaire collégial a atteint 92% en 2019.

Dans le domaine économique, malgré un contexte international difficile, l’économie marocaine a fait preuve d’une certaine résilience et a évolué à un rythme annuel moyen de 4,2% entre 2000 et 2018, au moment où le PIB réel par habitant a augmenté de 16 000 dirhams à environ 28 000 dirhams. Les réformes, notamment économiques, dans lesquelles le Maroc s’est engagé, ont permis d’instaurer un climat favorable aux affaires. Depuis 2010, plus de 30 réformes réglementaires, procédurales et institutionnelles ont été réalisées dans le cadre du Comité National de l’Environnement des Affaires (CNEA), portant sur la simplification des procédures de création d’entreprises, l’amélioration de la procédure d’obtention des permis de construire à travers la création d’un guichet unique d’urbanisme et d’une plateforme électronique à Casablanca, le renforcement de la protection des investisseurs minoritaires à travers la réforme de la loi sur la société anonyme ou encore sur la réforme du Code de commerce. Les résultats de ces efforts ne se font pas attendre.

En 2019, le Maroc est classé 53ème parmi 190 économies mondiales par le rapport Doing Business 2020 de la Banque Mondiale, enregistrant une progression de 7 places par rapport à 2018 (60ème rang) et de 75 places par rapport à 2010 (128ème rang). Il est premier de l’Afrique du Nord, 3ème de l’Afrique et 3ème de la zone MENA.

Concernant les énergies renouvelables, le Maroc s’est inscrit dans une dynamique de réalisation de grands plans électriques de sources solaires et éoliennes, ce qui lui a permis de disposer d’une capacité électrique de sources renouvelables représentant 34% de la capacité nationale du mix électrique et une production électrique renouvelable de 20% de la production totale d’électricité. Pour ce qui est du changement climatique, le Maroc, malgré la faiblesse de ses émissions en gaz à effet de serre (86 123,7 Gg E. CO2 en 2016), s’est engagé dans la réduction des émissions de GES de 42% à l’horizon 2030 et a engagé une stratégie de gestion des risques des catastrophes.

Au sujet de la paix, de la sécurité et de la qualité des institutions, le Maroc s’est engagé dans de grands chantiers portant sur la réforme de son système judiciaire, la lutte contre le crime et la violence, la traite des êtres humains et le trafic de migrants et contre le terrorisme et le trafic illicite, au niveau national et international. Dans ce cadre, la participation citoyenne à l’élaboration des politiques publiques et leur mise en oeuvre est devenue une pratique courante au Maroc.

S’agissant du partenariat, le Maroc considère le partenariat mondial comme un axe stratégique de sa politique étrangère. Il accorde, dans ce cadre, au continent africain, une place centrale dans sa stratégie de coopération Sud-Sud et triangulaire, comme en attestent son retour à l’Union Africaine et le nombre important de Visites Royales dans plusieurs pays africains, avec l’importance des accords signés et des projets lancés avec ces pays. En une décennie, plus de 1 000 accords et conventions bilatéraux ont été signés et entrés en vigueur entre le Maroc et ses partenaires africains et une quarantaine de commissions mixtes ont été mises en place. Plusieurs conventions de promotion d’investissement et d’accords commerciaux préférentiels et tarifaires ont été, également, signés. Des mesures concrètes ont été prises portant sur l’annulation des dettes du Maroc envers les pays africains les moins avancés et la facilitation de l’accès aux produits en provenance de ces pays.

Encore plus d’efforts

Selon l’examen national volontaire des réalisations du Maroc, des cibles ODD seront atteintes avant 2030. C’est notamment le cas de la lutte contre la pauvreté, l’amélioration de la nutrition des enfants de moins de 5 ans et la généralisation de la scolarisation dans tous les cycles scolaires.

N’empêche, d’autres challenges non moins importants sont toujours sur la table. Le rapport du HCP pointe les cibles qui présentent des défis majeurs dont le Maroc est conscient et œuvre pour les relever à l’horizon 2030.

Il s’agit, en particulier, de la réduction des inégalités sociales, territoriales et de genre, la promotion de la croissance économique et de l’emploi décent, notamment pour les jeunes et les femmes, la préservation de la biodiversité marine et terrestre et la lutte contre les effets du changement climatique.

Des projets dont la trajectoire de développement a été fortement perturbée par la pandémie de la COVID-19 à cause de ses répercussions négatives sur la vie économique et sociale interne et sur la dynamique de ses principaux partenaires, notamment, les pays de l’Union européenne.

Dans le meilleur des cas, et avec un rétablissement progressif après la période de récession causée par cette pandémie, les indicateurs ODD connaitraient des améliorations par rapport au scénario tendanciel, mais propulsent jusqu’en 2030 les réalisations socio-économiques observées durant les dernières années.

Dans le domaine de l’éducation, la baisse de la part des adolescents non scolarisés serait de 23,8% au lieu de 16,7% dans le scénario tendanciel. Il y aurait également des baisses plus fortes des taux de mortalité infantile et néonatale, de l’ordre de 21,8% et 18,3% au lieu de 15,3% et 12,7% respectivement dans le scénario tendanciel. La mortalité maternelle baisserait, quant à elle, de 28,3% au lieu de 20,1%.

Tenant compte de la pandémie, l’examen national volontaire au titre de l’année 2020 a permis de consolider un ensemble d’acquis, mais aussi d’identifier un certain nombre de pistes de renforcement du processus de mise en œuvre des ODD au Maroc.

Il s’agirait d’élargir le processus d’appropriation et d’implication auprès des différentes parties prenantes, aussi bien au niveau national que régional et territorial. Mais aussi d’assurer une large diffusion du rapport national auprès de ces parties prenantes, poursuivre l’organisation des consultations nationales et régionales et renforcer les capacités des administrations et des collectivités territoriales en matière de planification et de mise en œuvre des ODD ainsi que le suivi et le reporting sur leur réalisation.

Il faudra également consolider le cadre et les mécanismes de cohérence des politiques publiques en faveur d’une mise en œuvre efficace et efficiente des ODD et Renforcer l’intégration des ODD et leurs cibles prioritaires dans le processus budgétaire. Une première liste des ODD et cibles prioritaires et ceux qui pourraient joué un rôle d’accélérateurs dans la réalisation de l’agenda 2030, a été établie.

Pour la consolidation du processus de leur mise en œuvre, ces priorités doivent être intégrées dans le processus budgétaire, ce qui permettrait de renforcer la cohérence entre les stratégies et le plan d’action opérationnel de la mise en œuvre des ODD. Enfin il faudra Développer davantage la capacité organisationnelle du système statistique national afin de consolider sa performance, conformément aux principes fondamentaux de la statistique officielle, adoptés par les Nations Unies.

laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus