Bilan

La tension monte à la frontière polonaise

La Pologne dit avoir repoussé des milliers de migrants à la frontière biélorusse et s’inquiète d’une escalade « de nature armée ». L’Union européenne accuse Minsk d’ «instrumentaliser les migrants dans un but politique».

La tension est encore montée d’un cran à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie. Varsovie, qui chiffre entre 3.000 et 4.000 le nombre de migrants sur place, a repoussé lundi leur première tentative de passer la frontière en masse. Les migrants ont été stoppés par des barbelés coupants et de nombreux soldats déployés dans la zone.

« Nous craignons une escalade de ce type d’actions à la frontière polonaise dans un avenir proche, et de nature armée », a prévenu, lundi, le porte-parole du gouvernement polonais, Piotr Müller. « Nous nous préparons à tous les scénarios », a confirmé le ministre de l’Intérieur, Mariusz Kamiński. Le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, a, de plus, mis en garde l’Union européenne ce mardi sur Twitter : « C’est la stabilité et la sécurité de l’UE toute entière qui est en jeu. ».

L’appel de l’Allemagne

Pour l’Allemagne, voisine de la Pologne et destination de prédilection de ces migrants, la situation devient alarmante. Rien qu’en octobre, près de 5.000 personnes sont entrées dans le pays. « La Pologne ou l’Allemagne ne peuvent faire face à ceci toutes seules », a déclaré le ministre de l’Intérieur Horst Seehofer, ce mardi au journal « Bild », exhortant l’UE à « faire front commun ».

En attendant, l’Allemagne pourrait très rapidement envoyer des forces de police pour aider la Pologne, si celle-ci le souhaite, explique le ministère. Berlin soutient également la décision de la Pologne d’ériger un mur.

L’UE, qui refuse de financer la construction de murs aux frontières européennes, renvoie la responsabilité de cette crise au président biélorusse, qu’elle n’a pas hésité à qualifier de «voyou» ce mardi. Bruxelles accuse Alexandre Loukachenko de faire venir par avion à Minsk des migrants du Moyen-Orient et d’Afrique, puis de les envoyer à pied vers l’UE en représailles aux sanctions imposées par les Européens en raison de la manière dont est réprimée l’opposition.

« Déstabiliser » l’UE

Les Européens estiment que le dirigeant biélorusse sert aussi les intérêts de la Russie. Alexandre Loukachenko et Vladimir Poutine se sont d’ailleurs entretenus au téléphone au sujet de cette crise mardi, a indiqué le Kremlin. Selon le quotidien polonais « Gazeta Wyborcza », au moins dix migrants sont morts dans la région.

« L’instrumentalisation des migrants dans un but politique est inacceptable », a réagi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, dans un communiqué. Même son de cloche des Etats-Unis et de l’Otan qui évoque une « tactique hybride […] inacceptable ». La France a aussi accusé a Biélorussie de chercher à « déstabiliser » l’UE en « alimentant un trafic de migrants ».

De son côté, le ministère biélorusse de la Défense a dénoncé mardi des accusations « sans fondement et non étayées » et a accusé la Pologne de faire « délibérément » monter les tensions. Le ministère des Affaires étrangères rappelle, en outre, que le déploiement de milliers de soldats polonais à la frontière constitue une « une activité militaire substantielle » et une « violation des accords bilatéraux » car Minsk n’en a pas été notifié.

Sanctions en vue

Dans ce climat très tendu, l’UE a suspendu mardi des dispositions visant à faciliter la délivrance de visas aux fonctionnaires du régime biélorusse. Cette décision des Vingt-Sept entérine une proposition soumise par la Commission européenne fin septembre.

Ursula von der Leyen a aussi appelé les Etats membres à approuver de nouvelles sanctions et à envisager des mesures à l’encontre des compagnies aériennes qui acheminent des migrants au Bélarus. Ce sujet doit être discuté lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères lundi prochain. De premières sanctions économiques adoptées fin juin avaient frappé les secteurs clés de la potasse, du pétrole et du tabac.

 

laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus