Bilan

Malgré la fin du couvre feu, on est loin de l’immunité collective

La décision de lever le couvre-feu en vigueur depuis 20 mois est de nature à faire beaucoup d’heureux. Toutefois, les dernières restrictions portant sur les rassemblements ne seront pas levées avant que le Maroc ait atteint l’immunité collective. Et pour cause le ralentissement de la campagne de vaccination.

Un mois après l’allègement des mesures restrictives de circulation, de rassemblements et de couvre-feu nocturne, le gouvernement a décidé ce mardi 9 novembre de lever le couvre-feu en vigueur depuis 20 mois et ce, dès le mercredi 10 novembre 2021.

Une excellente nouvelle pour les Marocains et plusieurs secteurs d’activité qui ne signifie cependant pas la fin des autres restrictions avant d’avoir atteint le cap de l’immunité collective.

En effet, cette nouvelle aussi agréable soit-elle ne changeait absolument rien aux autres mesures restrictives portant sur les rassemblements humains qui représentent le plus grand facteur de risques de contamination.

Les mesures restrictives toujours de rigueur

Mais en réalité, la levée du couvre-feu n’a pas été accompagnée de la fin des jauges comme les transports publics (75% de leur capacité), les commerces, restaurants ainsi que les hammams et salles de sport (50%) et les possibilités de rassemblements limitées à moins de 50 personnes sauf autorisation spéciale.

Le fait est qu’il n’y aura pas de retour à la vie normale avant que le Maroc n’ait atteint l’immunité collective. Il n’y a qu’à voir ce qui se passe aujourd’hui dans certains pays de l’Europe de l’est où le relâchement et la fin des restrictions ont provoqué une véritable explosion des contaminations et pire encore du nombre de décès.

Toutefois, à l’image de ce qui se passe en Angleterre où malgré leurs 40.000 nouveaux cas quotidiens, l’immunité collective de ce pays leur a permis d’éviter une catastrophe sanitaire avec une explosion des hospitalisations et des morts.

Accès illimité

Dès lors, arriver rapidement à une immunité collective, pourra permettre la levée des dernières restrictions car même s’il y a une nouvelle flambée de contaminations hivernales, il n’y aura pas de cas graves en réanimation ou de décès.

A quand cette immunité collective?

Les responsables de la chose sanitaires au Maroc sont conscient de l’impatience des Marocains de retrouver une vie « normale ». Toutefois, aucune date n’est précisé à ce jour. Et pour cause le changement de la donne concernant la campagne de vaccination.

Même si le Maroc dispose actuellement d’un stock qui dépasse les 14 millions de doses de vaccins avec une maitrise de la chaine d’approvisionnement, le ralentissement actuel de la campagne de vaccination ne permet pas au autorités de se projeter pour savoir la date où l’immunité collective sera enfin atteinte.

En effet, entre le 21 et 31 octobre,  865.000 premières doses ont été administrées alors que du 1er au 7 novembre, il n’y a eu que 84.000 vaccinations, soit 10 fois moins en quelques jours. Si la même dynamique de vaccination a été de mise, le pays aurait peut-être atteint l’immunité en décembre voire janvier au plus tard.

Dès lors, il conviendrait désormais d’agir sur les leviers de communication pour convaincre les gens réticents qui hésitent encore à aller se faire vacciner. Et surtout, continuer à surveiller le sous-variant Delta apparu en Chine pour savoir si les vaccins utilisés au Maroc sont efficaces ou pas.

En attendant, le citoyens marocains devront se contenter de la levée du couvre feu en attendant des jours meilleurs.

 

laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus