Les patrons attendent des mesure concrètes pour l’intégration locale du tissu industriel

L’avenir de l’économie marocaine est indéniablement lié à l’essor du secteur industriel. Même si le secteur privé est attendu pour réaliser cet essor, il n’en demeure pas moins que des mesures concrètes pour inciter à l’investissement sont attendu du gouvernement. Surtout pour assurer le développement de l’intégration locale.

C’est en somme le message que Chakib Alj, président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), lors de la rencontre organisé ce lundi 6 décembre avec le ministre de l’industrie et du commerce Ryad Mezzour.

Cette séance de travail a été une occasion pour le patronat, les différents directeurs de commissions et de fédérations d’interpeler le ministre sur différentes problématiques.

A ce titre, C. Alj a mis l’accent sur le fait que malgré les avancées réalisées ces dernières années,  l’industrie marocaine continue à faire face à différents défis et ce, bien avant le Covid-19 qui n’a fait qu’accentuer certaines problématiques liées «aux coûts de la matière première et des facteurs de production (énergie, foncier et logistique) ou encore à l’accès au financement, pour ne citer que quelques-unes ».

Pour lui, il est incontestable que l’évolution de l’économie marocaine est tributaire de l’essor du tissu industriel? Dès lors, il est aujourd’hui essentiel de faire en sorte que les secteurs productifs soient plus attractifs en instaurant un cadre favorable et en mettant en place des incitations et un accompagnement adéquats. Surtout que les orientations sont bien tracées et la volonté est là!

Aussi, «Il est temps de passer à la vitesse supérieure pour ne pas manquer la fenêtre de tir qui s’offre à nous de répondre largement aux besoins des consommateurs marocains », insiste le président de la CGEM.

Dans les détails, le patronat a fait état d’une série de mesures concrètes devant être mises en avant afin d’assurer les changement escomptées. Il s’agit d’abord de lier les programmes de financement et de subvention de l’État à un niveau d’intégration locale. A ce niveau, et afin de renforcer la compétitivité des écosystèmes industriels existants, il est important de développer l’intégration de bout-en-bout, partant de la matière première jusqu’au produit fini.

Ensuit,  pour le patronat, il est impératif de changer les codes de la commande publique de manière à stimuler la demande et à promouvoir le Made in Morocco en donnant une chance aux TPME. Afin d’atteindre ces objectifs, nous préconisons par exemple de supprimer les critères discriminants omniprésents dans les appels d’offres publics.

La formation n’est pas en reste puisque le patronat insiste sur les deux mesures qui ont été proposées, à savoir amender la Loi 60-17 de la Formation Professionnelle et créer de nouveaux types de centres de compétences public-privé.

D’autres doléances ont été mises sur la table, il s’agit notamment de :

  • développer un label “contenu marocain certifié” dans une démarche qualité pour son obtention, basée sur la valeur ajoutée locale.
  • l’application de la réciprocité des barrières non tarifaires liant le Maroc avec les autres pays, la surveillance des marchés et le contrôle aux frontières.
  • La libéralisation du marché de la Moyenne Tension et la promotion de l’autoproduction en énergie propre avec capacité de réinjection dans le réseau, peuvent contribuer à atteindre l’objectif d’un coût de 0,5 dh/kWh fixé par le NMD à horizon 2035, contre 1,07 dh/kWh actuellement.
  • la décarbonation de l’industrie marocaine, à la veille de l’entrée en vigueur du Green Deal au sein de l’UE.
  • faciliter l’accès que ce soit en vente ou en location et faire en sorte qu’il soit raccordé à l’ensemble des infrastructures requises par les industriels.

En définitive, Chakib Alj a également soulevé la problématique des délais des paiements appelant le ministre à contribuer à rendre effective des solutions dans ce sens car « les entreprises sont en souffrance ».

laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus