Les défaillances du marché du travail au Maroc en 2021 amplifie les préoccupations

Faible qualification, précarité sociale, sous-emploi… les maux qui affectent le marché du travail au Maroc se sont exacerbés sous l’effet de la crise sanitaire. En témoigne la la radioscopie du HCP.

Sur une population en âge d’activité de 27.127.000 personnes, juste un peu plus du tiers (12.280.000) est actif et là encore, seules 10.772.000 personnes sont pourvues d’un emploi alors que 1.508.000 sont en situation de chômage et 14.847.000 en dehors du marché de travail.

Plus de la moitié (51,8%) des actifs occupés sont des salariés, 29,6% des indépendants, 13,7% des aides familiales et 2,2% d’entre eux sont des employeurs.

Pour ce qui est de la qualité même des emplois exercés, telle qu’établie par la HCP, on note que ces emplois restent peu qualifiés, faiblement protégés et organisés. La crise sanitaire n’a fait en réalité que mettre plus en évidence les dysfonctionnements du marché du travail au Maroc.

Ainsi, en 2021, plus de la moitié (52,9% contre 54,3% en 2020) des actifs occupés n’ont aucun diplôme, 31,2% ont un diplôme de niveau moyen et 15,9% un diplôme de niveau supérieur.

Selon le secteur d’activité, la part des actifs occupés ayant un diplôme supérieur est de 27,8% dans les services, 16,8% dans l’industrie et de 6,6% dans les BTP.

10,5% des actifs occupent un emploi de type occasionnel ou saisonnier, plus de 14% exercent un emploi non rémunéré, 25% bénéficient d’une couverture médicale liée à l’emploi (45,4% pour les salariés), plus de la moitié des salariés (54,6%) ne disposent d’aucun contrat formalisant leur relation avec l’employeur et 9,3% sont en situation de sous-emploi.

Près d’un actif occupé sur 10 (10,5%) exerce un emploi de type occasionnel ou saisonnier, 13,9% en milieu rural et 8% en milieu urbain.  Ces parts étaient respectivement de 9,5%, 12,3% et 7,5% en 2020.

Plus de 14% des actifs occupés exercent un emploi non rémunéré, les ruraux, avec 30,1%, plus que les citadins (2,7%) et les femmes, avec 36%, plus que les hommes (8%). Les personnes n’ayant aucun diplôme sont également plus touchées par l’emploi non rémunéré avec 18,7% contre 12,6% pour celles ayant un diplôme moyen et 2,8 pour celles ayant un diplôme supérieur.

Il est à rappeler que le volume des actifs occupés en situation de sous-emploi a atteint 1.003.000 personnes, 550.000 personnes dans les villes et 453.000 à la campagne. Le taux de sous-emploi est passé de 10,7% à 9,3% au niveau national, de 10,1% à 8,8% en milieu urbain et de 11,6% à 10,0% en milieu rural.

Les catégories ayant connu les baisses les plus importantes du taux de sous-emploi sont les personnes âgées de 25 à 34 ans et celles de 35 à 44 ans (-1,5 point), celles n’ayant aucun diplôme (-1,6 point), les hommes (-1,4 point) et les ruraux (-1,6 point).

Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus