Le Groupe BCP tentés par des acquisitions en Afrique

Le Groupe Banque centrale populaire (BCP) est ouvert aux acquisitions en Afrique, a déclaré son directeur général Kamal Mokdad à Reuters, soulignant que la banque «reste à l’écoute du marché, prêts à saisir toute opportunité de croissance externe ou de partenariat qui répond à nos critères et à notre stratégie de développement sur le continent».

«Nos plans d’expansion sur le continent n’ont pas été altérés par le déclenchement de la crise sanitaire», a-t-il ajouté, bien que «la crise a bien évidement ralenti cet élan, mais la reprise est prometteuse et nous restons confiants dans le développement de l’activité». À la vue des performances des filiales de la BCP et les «ambitions d’élargissement», la contribution des succursales étrangères au produit net bancaire consolidé pourrait dépasser l’objectif initial de 30%, estime Kamal Mokdad.

En 2019, la BCP avait déjà fait l’acquisition de trois banques, en Mauritanie, au Madagascar et en République Démocratique du Congo, portant à 18 le nombre de pays africain dans lesquels la banque exploite des filiales. La présence des banques marocaines en Afrique a facilité l’investissement des entreprises marocaines sur place, a-t-il souligné, renforçant ainsi le poids économique du Royaume sur le continent.

Le produit net bancaire de la BCP a augmenté de 3,6 % au troisième trimestre pour atteindre 15 milliards de dirhams (MMDH), rapporte Reuters, et les filiales y ont contribué à hauteur de 25%. Les bénéfices trimestriels ont également augmenté de 55,6 % pour atteindre 2,6 MMDH, contre seulement 1,2 MMDH pour l’ensemble de l’année dernière.

La semaine dernière, le FMI a exhorté Bank Al-Maghrib de s’assurer que les banques continuent de constituer des provisions pour les prêts douteux, qui ont atteint 84,6 milliards de dirhams en septembre, +24% par rapport à la fin de 2019.

En ce sens, Kamal Mokdad a déclaré que la BCP était bien provisionnée, soulignant qu’une amélioration de l’activité économique au Maroc et à travers l’Afrique a conduit à une baisse de 20% du coût du risque en septembre.

 

laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus