Génération Green 2020-2030 : Un écosystème pour dynamiser l’entrepreneuriat agricole et rural

Si la dynamisation de l’économie rurale est un axe majeur de la stratégie Génération Green 2020-2030, l’entrepreneuriat, et en particulier celui des jeunes, en est le garant du succès. Ainsi la grande messe organisée e 6 décembre dernier, par le Ministère de l’Agriculture et le Groupe Crédit Agricole du Maroc a été l’occasion de présenter l’écosystème à mettre en place pour encourager l’entrepreneuriat des jeunes en milieu rural.

Si l’entrepreneuriat et l’initiative privée sont aujourd’hui, comme les présente le Nouveau modèle de développement, le socle d’un Maroc prospère, l’entrepreneuriat des jeunes est inéluctablement crucial pour le Maroc. Il l’est davantage dans le monde rural où l’objectif d’émergence d’une classe moyenne s’érige comme une priorité.

La rencontre organisée par le GCAM a réuni les opérateurs du secteur pour mener une réflexion afin d’identifier ensemble les actions et mécanismes à activer en faveur de la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes en milieu rural dans une approche complémentaire et convergente afin d’aplanir les obstacles qui peuvent s’ériger face aux porteurs d’idées, notamment une méconnaissance des mécanismes à leur disposition, la multiplicité des intervenants ou encore les procédures qui peuvent les dissuader. Sans omettre la faible formation et les compétences de gestion de projets.

C’est partant de ce constat, comme l’explique le ministre Mohamed Sadiki, pour développer une nouvelle génération d’organisations agricoles et une nouvelle génération de mécanismes d’accompagnement, l’approche adoptée est déclinée en deux axes fondamentaux, notamment l’accompagnement financier et l’accompagnement de l’entrepreneuriat.

Financement : le GCAM en pivot

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc mobilise l’ensemble de ses ressources pour mener à bien l’opérationnalisation des axes de la stratégie ‘’Génération Green 2020-2030’’ et ce à travers un dispositif complet dédié au renforcement de l’inclusion financière dans le monde rural et à l’encouragement de l’émergence d’une classe moyenne agricole.

Pleinement inscrit dans la dynamique nationale de soutien à l’entrepreneuriat des jeunes, le GCAM a développé une série de mécanismes d’accompagnement dédiés aux entrepreneurs ruraux : création du Centre TPE, conception de produits de financement spécifiques (CAM-GG Jeunes, CAM-GG Melkisation), mobilisation en faveur de l’opérationnalisation du programme Intelaka, notamment dans son volet afférant au monde rural ‘’Al Moustatmir Al Qaraoui’’.

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc a ainsi mis en place un dispositif spécifique pour accompagner tous les types de porteurs de projets ainsi qu’une structure dédiée : le Centre d’étude et de crédits TPE (CTPE) qui assure la prise en charge et le traitement optimal des dossiers de financement d’Al Moustatmir Al Qaraoui.

Depuis le lancement de ce programme en 2020, CAM a accordé, au 31 octobre 2021, 6600 crédits totalisant environ 800 MDH, a annoncé Hanane Aajli, la Directrice du pôle accompagnement du développement au GCAM, qui souligne que d’autres offres viendront étoffer les mécanismes de financement de la stratégie nationale. Elle a insisté que dans le cadre de cette stratégie, le financement ne représente pas un obstacle, et ne doit pas être perçu en tant que tel.

Par typologie d’investissement, 27% des projets financés dans ce cadre portent sur la mécanisation agricole, et 21% sur les systèmes d’irrigation et les pompes solaires.

L’accompagnement au coure de la nouvelle dynamique

D’aucuns estiment la nécessaire mise en place d’un accompagnement technique, mobilisant toutes les parties prenantes, et permettant aux bénéficiaires de mener leurs projets dans trop d’embûches.

Les programmes de financement ne manquent pas. « Nous avons eu, au Maroc, plusieurs expériences dans le financement de l’entrepreneuriat (jeunes promoteurs, moukawalati, etc.). Aujourd’hui, nous avons de nombreux programmes de financement avec un important soutien de l’État », explique Tariq Sijilmassi, PDG du GCAM.

Le plus important, c’est donc désormais de travailler main dans la main pour que notre priorité soit la réussite effective de ce jeune qui créera son entreprise dans le monde rural, et pour éviter qu’il se lance aujourd’hui et échoue dans un an ou deux », poursuit Tariq Sijilmassi, qui insiste que les emplois qui seront créés devront être durables.

La rencontre a été l’occasion de détailler les dispositifs mis en place par le Ministère de tutelle et le GCAM, dans le cadre de la complémentarité entre les deux organismes qui déploient des dispositifs terrain conséquents en parfaite synergie pour apporter l’appui et l’encadrement nécessaires aux entrepreneurs.

Ainsi et dans le cadre de la déclinaison et l’opérationnalisation de l’axe « Nouvelle Génération de Jeunes Entrepreneurs Agricoles » de la stratégie Génération Green, une approche d’accompagnement et de mise en œuvre ciblée, intervenant tout au long du cycle du projet a été adoptée autour de la mise en place d’un « Centre Régional des Jeunes Entrepreneurs Agricoles et Agro-alimentaires (CRJEA) », aujourd’hui au nombre de 6 et qui seront déployés dans toutes les régions.

Ces guichets uniques poursuivent l’objectif d’assurer une meilleure attractivité des jeunes entrepreneurs et des organisations agricoles, et constituent une plateforme de partenariats avec les partenaires de développement territorial et local, notamment l’INDH, CRI, les banques (GCAM et autres), les interprofessions agricoles, Chambres d’agriculture, les champions régionaux etc. et un pont fonctionnel à proximité des Instituts Techniques Agricoles du MAPMDREF, l’OFPPT et l’ANAPEC.

Pour accomplir ses missions dans les meilleures conditions et avec succès, le CRJEA se dotera des moyens et outils nécessaires, dont notamment le déploiement d’une plateforme digitale dédiée aux jeunes et permettant l’accès aux informations utiles concernant le foncier, le financement, les idées de projets, les services, la formation, le conseil, les procédures, etc. ; le recours à l’assistance technique privée pour exécuter les différentes phases de l’accompagnement de manière continue et efficace; et la mise en place d’un système de suivi/évaluation permettant d’apprécier l’atteinte des objectifs et d’améliorer continuellement l’accompagnement.

Ces guichets assurent également l’accompagnement en post-création des jeunes entrepreneurs débutants en permettant un démarrage dans de bonnes conditions et en assurant la pérennité de ces entreprise.

Il ne manque donc que de montrer aux jeunes tout le potentiel des régions agricoles. Sur ce registre, « les opportunités ne manquent pas pour les jeunes », assure Mohammed Al Ammouri, président de la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural (COMADER). Son organisation, qui rassemble plusieurs fédérations interprofessionnelles agricoles, a préparé une liste de 81 métiers de services hautement demandés par le marché agricole.

 

laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus