Bilan

Échanges extérieurs : Le solde commercial se creuse davantage

Décryptage

Les importations et les exportations de marchandises ont enregistré des hausses, au point que le solde commercial demeure encore dans le creux de la vague et frôle les 151.840 MDH de déficit, soit une hausse de 25,5%.

Les économies mondiales se sont refermées sur elles-mêmes après l’arrivée brutale de la pandémie de Covid-19, laquelle a durement éprouvé les échanges entre les pays. Et le Maroc n’a pas échappé à cette conjoncture comme le démontrent les indicateurs globaux des échanges extérieurs du pays qui ont affiché, à fin 2020, des résultats contrastés. Mais, depuis, 11 mois se sont écoulés et tout porte à croire que la situation s’est nettement améliorée pour le royaume, d’après les indicateurs mensuels de l’Office des changes pour le compte de la fin du mois de septembre.

En effet, aussi bien les importations que les exportations de marchandises ont enregistré des hausses. Malgré ces performances, le solde commercial frôle encore les 151.840MDH, en hausse de 25,5%. Le taux de couverture, quant à lui, se situe à 60,3%. Dans le détail, les importations de marchandises, qui ont bondi de 23,4%, concernent principalement les achats de l’intégralité des groupes de produits, notamment des produits finis de consommation (+24.880 MDH), des demi-produits (+16.445 MDH) et des produits énergétiques (+13.860 MDH).

S’agissant de la hausse des importations des produits finis de consommation (+37,3%), elle fait suite principalement à l’augmentation des achats des voitures de tourisme (+4.974 MDH), ceux des parties et pièces pour voitures de tourisme (+4.562 MDH), et ceux des médicaments et autres produits pharmaceutiques (+3.849 MDH) attribuable aux achats de vaccins anti-Covid-19.

Ainsi, la part des achats des produits finis de consommation, dans le total des importations, passe de 21,5% à fin septembre 2020 à 23,9% à fin septembre 2021. De son côté, poursuit l’Office des changes, la facture énergétique a augmenté de 36,8% durant la même période.

Cette évolution est imputable à la hausse des approvisionnements en gasoil et fuel (+7.029 MDH) tributaire de l’accroissement des prix de 27,6% (4.949 DH/t à fin septembre 2021 contre 3.880 DH/t un an auparavant), conjugué à l’élévation des quantités importées de 9,9% : 4.951Mt à fin septembre 2021 contre 4.504 Mt à fin septembre 2020. Les importations de ce produit, à fin septembre 2021, demeurent, toutefois, inférieures à celles affichées durant la même période entre 2017 et 2019. Pour ce qui est des exportations de marchandises, à fin septembre 2021, elles se situent à 230.437 MDH contre 188.761 MDH, un an auparavant, soit une hausse de 22,1% ou +41.676 MDH.

Accès illimité

Cet accroissement, poursuit l’Office des chances, concerne les exportations de la totalité des secteurs, essentiellement le secteur des phosphates et dérivés, celui de l’automobile et celui de l’agriculture et agroalimentaire. Quant aux ventes des phosphates et dérivés, elles augmentent de 44,6% ou +16.915 MDH, et ont atteint 54.829 MDH à fin septembre 2021 contre 37.914 MDH à fin septembre 2020.

Cette évolution fait suite, principalement, à l’accroissement des ventes des engrais naturels et chimiques (+10.519 M DH) dû à l’effet prix en hausse de 56,5% (4.336 DH/t à fin septembre 2021 contre 2.770 DH/t à fin septembre 2020). Les quantités exportées de ce produit, quant à elles, restent quasiment stables. En plus des engrais et phosphates, l’automobile, l’agriculture et l’agroalimentaire ont aussi connu des évolutions encourageantes.

A ce propos, les ventes du secteur agriculture et agroalimentaire, troisième secteur exportateur à fin septembre 2021, se situent à 49.775 MDH contre 45.260 MDH à fin septembre 2020, soit +10% ou +4.515MDH. Cette situation s’explique par une hausse simultanée des exportations de l’industrie alimentaire (+3.107MDH) et celles de l’agriculture, sylviculture et chasse (+1.295 MDH).

En parallèle, les exportations du secteur automobile atteignent 58.347 MDH contre 50.119 MDH, soit +16,4% ou +8.228 MDH. Cette évolution s’explique par la hausse des ventes du segment de la construction (+22,4% ou +4.488 MDH) et celles du segment du câblage (+7,7% ou +1.361 MDH).

En outre, le nombre de voitures de tourisme exportées affiche une hausse de 16,6%. Dans le même registre, les exportations du textile et cuir s’accroissent de 19,9% ou +4.396 MDH. Cette évolution est due, essentiellement, à la hausse des ventes des vêtements confectionnés de +3.075 MDH et celles des articles de bonneterie de +1.300 MDH. Néanmoins, ces exportations restent en deçà de celles réalisées durant la même période entre 2017 et 2019.

laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus