Bilan

Campagne agricole: Entre contraintes et ambitions

Le lancement de la campagne agricole 2021-2022 a été l’occasion de revenir sur les défis qui attendent le département de l’agriculture. Assurer la disponibilité des intrants agricoles, gestion des risques climatiques, problématique de financement autant de facteurs à gérer pour assurer une bonne campagne.

Le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Mohamed Sadiki a procédé, vendredi à Ain Sbit (province de Khémisset), au lancement de la campagne agricole 2021-2022.

La cérémonie de lancement de cette campagne a connu la présence du Gouverneur de la province de Khémisset, Mansour Kartah, du président de la Chambre régionale de l’Agriculture, des représentants d’organisations professionnelles du secteur agricole et des hauts responsables centraux et régionaux du ministère. 

Le ministère, dans le cadre de la poursuite des efforts de développement du secteur, a pris une série de mesures et dispositions nécessaires permettant d’assurer la disponibilité des intrants agricoles (semences, engrais et produits de traitement) et l’accompagnement des agriculteurs.

Ainsi, le ministère met à disposition environ 1,6 millions de quintaux (Mqx) de semences certifiées de céréales qui seront commercialisées à des prix subventionnés.

S’agissant des engrais, il est prévu un approvisionnement du marché à hauteur de 490.000 tonnes d’engrais de fonds, en assurant la stabilité des prix des engrais phosphatés et la rationalisation de leur utilisation sur la base des cartes de fertilité des terres agricoles établies sur 7,8 millions de hectares (Ha). En matière d’irrigation, le ministère compte poursuivre le Programme national d’économie d’eau d’irrigation (PNEEI) à travers l’équipement de 45.000 Ha d’exploitations agricoles en système d’irrigation localisée et l’achèvement de la modernisation des réseaux d’irrigation collectifs sur une superficie de 107.000 Ha et sa poursuite sur une superficie de 48.000 Ha.

Accès illimité

Par ailleurs, l’assurance agricole multirisque climatique sera étendue pour les céréales, les légumineuses et les cultures oléagineuses sur une superficie de 1,2 millions d’Ha contre 1 million d’Ha lors de la campagne précédente, alors que le programme d’assurance multirisques pour les arbres fruitiers sera poursuivi pour assurer près de 50.000 Ha. Aussi, il est prévu de poursuivre l’encouragement de l’investissement dans le secteur agricole à travers l’octroi des incitations dans le cadre du Fonds de Développement Agricole (FDA). Le montant de subventions prévisionnel pour 2022 est de près de 4,49 milliards de dirhams (MMDH) pour un investissement global de 9,2 MMDH.

Concernant le financement, le Groupe Crédit Agricole du Maroc (GCAM) a pris les dispositions financières et réglementaires nécessaires, à l’image des campagnes précédentes, pour répondre aux besoins de financement de la campagne agricole. Une enveloppe financière de 8 MMDH est ainsi dédiée au financement de l’actuelle campagne contre 4 MMDH lors des campagnes précédentes, avec le lancement de nouveaux produits « Tasbiq FDA » et « Tasbiq Tasdir ».

Parallèlement, le programme prévisionnel des grandes cultures d’automne a été établi et sera mis en place en tenant compte des disponibilités hydriques dans les zones pluviales, sur une superficie de 5,5 millions d’Ha, dont 4,6 millions d’Ha de céréales, près de 510.000 Ha de cultures fourragères et près de 200.000 Ha de légumineuses alimentaires.

Dans les périmètres irrigués, le ministère prévoit la mise en place d’un programme d’assolement rigoureux d’établissement des cultures sur une superficie de 114.000 Ha de maraîchage d’automne et plus de 47.000 Ha de betterave à sucre. Ce programme est réparti dans les régions selon les réserves hydriques disponibles.

De plus, une superficie de 50.000 Ha est programmée pour la multiplication des semences de céréales pour garantir un disponible en semences certifiées de 1,5 Mqx pour la prochaine campagne agricole.

En tous les cas, les services du ministère affirment se tenir mobilisés pour assurer  un suivi continu de l’évolution de la campagne agricole en coordination avec l’ensemble des parties concernées. Surtout en termes d’accompagnement des agriculteurs pour qui des actions de proximité de conseil agricole sont prévues.

 

laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus