Aziz Akhannouch attendu à Luanda pour rencontrer le nouveau président angolais

Aziz Akhannouch est attendu en Angola, à Luanda, pour une rencontre avec le nouveau président João Lourenço, nouvellement investi. L’Angola demeure considéré comme proche du Polisario, et hostile au Maroc au sujet de la question du Sahara occidental.

L’entretien avec le chef de l’État du pays d’Afrique australe intervient moins de 24 heures après l’accueil du chef du Front Polisario, Brahim Ghali, présent lors de l’investiture de Lourenço à Luanda.

L’Angola demeure considéré comme proche du Polisario, et hostile au Maroc au sujet de la question du Sahara occidental. Une position héritée des décennies de règne de l’ex-président angolais José Eduardo dos Santos, aujourd’hui remplacé par João Lourenço.

L’Angola a tenu le 24 août le scrutin le plus disputé de son histoire. Dans ce pays d’Afrique australe, il n’y a pas d’élection présidentielle et la tête de liste du parti vainqueur aux législatives devient automatiquement chef de l’Etat.

Le Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA), au pouvoir depuis l’indépendance du Portugal en 1975, a remporté les élections avec 51,17 % des voix, le plus bas score qu’il ait jamais enregistré.

Le premier parti d’opposition, l’Union nationale pour l’indépendance (Unita), a rassemblé 43,95 % des suffrages.

Riche en ressources naturelles, l’Angola est l’un des pays les plus pauvres et les plus inégalitaires au monde. La manne pétrolière n’a enrichi qu’une élite proche de dos Santos et la moitié des 33 millions d’Angolais vivent sous le seuil de pauvreté.

vous pourriez aussi aimer
laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus