Accusée de sabotage des gazoducs Nord Stream, la Russie renvoie la balle aux Etats-Unis

Objet de tous les soupçons après le sabotage présumé des gazoducs Nord Stream en mer Baltique, la Russie a contre-attaqué mercredi, pointant les Etats-Unis et réclamant une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU, Washington dénonçant en retour une nouvelle opération de « désinformation ».

Dans l’intervalle, à Stockholm, l’hypothèse d’un sabotage délibéré a semblé se confirmer, l’enquête étant confiée au renseignement suédois. La sûreté suédoise (Säpo) « a repris à la police l’enquête préliminaire concernant les évènements survenus sur Nord Stream. Le motif retenu est actuellement de sabotage aggravé », a indiqué le service dans un communiqué.

La veille, l’Ukraine avait dénoncé une « attaque terroriste planifiée » de la Russie « contre l’Europe ». Moscou a délivré sa riposte ce mercredi : « La Russie a l’intention de convoquer une réunion officielle du Conseil de sécurité de l’ONU dans le cadre des provocations concernant les gazoducs Nord Stream 1 et 2 », a affirmé sur Telegram la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova.

La diplomatie russe a accusé implicitement les Etats-Unis, demandant des « réponses » au président américain Joe Biden sur l’implication de son pays. D’ailleurs, le 7 février 2022, Biden menaçait la Russie de mettre fin au Nord Stream, si la Russie envahit l’Ukraine.

vous pourriez aussi aimer
laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus