À Casablanca, une usine de valorisation des déchets remplacera la nouvelle décharge contrôlée

La nouvelle décharge contrôlée de Médiouna, qui s’étale sur un terrain de 35 hectares, a une durée de vie de trois ans. D’ici là, une usine de valorisation des déchets sera construite. 

Cette usine s’étalera sur 200 hectares et nécessitera un investissement de 4 MMDH (milliards de DH). Un appel d’offres sera lancé par Casa Baia.  

La différence entre la nouvelle décharge, qualifiée d’éphémère, et l’ancienne tient au fait que l’enfouissement ne concernera que les produits organiques, après le tri des déchets. Les autres matières (cartons, papier, plastique…), qui ne seront pas enfouies, feront l’objet d’un recyclage. 

« Les citoyens casablancais ont une grande marge de participation dans la gestion des déchets. D’ici 2022, nous allons mettre en place des bacs de tri des déchets », a annoncé Nabila Rmili, maire de Casablanca. « Une campagne de sensibilisation large a été lancée dans les 16 arrondissements de la ville. »  

Concernant l’ancienne décharge, un appel d’offres à l’international sera lancé par Casa Baia pour sa réhabilitation et le traitement du lixiviat, et ce « parce qu’aucune société marocaine ne peut traiter cette substance », selon Moulay Ahmed Afilal, adjoint à la maire de Casablanca, chargé du nettoiement. 

« Pour l’instant, le lixiviat sera pompé et stocké dans un bassin », poursuit-il. Un appel d’offres sera également lancé pour transformer cette décharge en un espace vert. 

D’ici trois ans, la nouvelle décharge subira le même traitement que l’ancienne, soit une couverture totale de terre végétale, le pompage du biogaz et le traitement du lixiviat, nous apprend Nabila Rmili. 

Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus