325 millions de dirhams pour accompagner les startups marocaines

Afin de mettre en place des centres d’affaires et d’incubateurs de startups, sept conventions ont été signées par le ministre de l’Industrie avec les Chambres de commerce, d’industrie et de services de Mohammedia, Fès, Dakhla, Tétouan, Agadir, Marrakech et Oujda, portant sur un investissement de 325,6 millions de DH.

Le ministre de l’Industrie et du commerce, Ryad Mezzour et les président des Chambres de commerce, d’industrie et de services (CCIS) de Mohammedia, Fès, Dakhla, Tétouan, Agadir, Marrakech et Oujda ont signé, mercredi 15 décembre à Rabat, sept conventions pour le financement de projets d’intérêt économique au profit de ces Chambres, sélectionnés suite à un appel à manifestation d’intérêt.

Ces projets, portant sur un investissement total de 325,6 millions de DH, permettront de créer plus de 4.200 emplois et de générer des recettes additionnelles qui contribueront à renforcer l’autonomie financière des CCIS.

Centres d’affaires et espaces de coworking

Les projets consistent à réaliser 3 centres d’affaires polyvalents à Mohammedia, Fès et Dakhla, 3 infrastructures d’exposition et de services à Tétouan, Agadir et Marrakech et un incubateur pour le lancement de startups à Oujda. Il s’agit notamment de mettre en place des espaces d’accueil pour différentes manifestations (expositions, séminaires, salons professionnels…) et d’autres de coworking visant à améliorer l’accès à l’entreprenariat et l’innovation, ainsi que des services de domiciliation et d’accompagnement au profit des très petites et moyennes entreprises/petites et moyennes entreprises (TPME/PME) et des start-up.

« Aujourd’hui plus que tout autre jour, les chambres de commerce, à l’instar des centres régionaux d’investissement (CRI), sont appelées à être des leviers pour un développement économique régional équilibré, dans le cadre de la mise en œuvre du processus de la régionalisation avancée, lancée par le Souverain et placée au centre des priorités du Nouveau modèle de développement », a dit le ministre, lors de la cérémonie de signature de ces conventions.

Et de poursuivre: « Notre rôle consiste à offrir aux acteurs les conditions et les moyens nécessaires pour qu’ils puissent remplir leur mission et jouer pleinement leur rôle mobilisateur du potentiel des régions, permettant à celles-ci de mettre en avant leurs compétences et leurs richesses ».

Les CCIS, relais de développement économique des régions

« Les chambres évoluent désormais, en passant d’un établissement public financé par l’Etat à un établissement pourvoyeur d’emplois et générateur de revenus pour la région. Ces projets d’intérêt économique l’attestent amplement et nous ne ménagerons aucun effort pour soutenir et accompagner leur réalisation », a précisé le ministre.

Ces conventions sont le fruit d’un travail mené avec les chambres, depuis la signature de la convention-cadre entre l’Etat et la Fédération des CCIS, sous la présidence effective du Roi Mohammed VI, visant leur repositionnement en tant que relais de développement économique des régions.

Ces projets viennent ainsi répondre aux besoins des entreprises en termes de proximité de services, d’infrastructures et d’espaces de travail et d’exposition et contribueront incontestablement à améliorer l’attractivité territoriale des régions.

Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus