Les relations avec l’Algérie et Israël au cœur du dernier discours de A. Benkirane

Intervenant lors d’une réunion avec les membres de la Commission nationale du secrétariat général et de l’administration générale du PJD, Abdelilah Benkirane a dressé la feuille de route de la relance du parti. Parmi les sujets phare abordés, les relations du Maroc avec Israël et l’Algérie.

Les relations avec l’Algérie étaient sujets saillants abordés par Benkirane. Et il n’est pas parti par quatre chemin pour accusé le pouvoir algérien de «gaspiller» l’argent du pétrole pour «s’en prendre au Maroc».

A cet effet, un discours ferme a été adressé aux généraux où il les conseille de «revenir à la sagesse et à Dieu (…) Si guerre il y a, nous sommes avec notre pays et notre roi (…) et vous ne gagnerez pas la guerre.»

Benkirane a, par ailleurs, condamné la décision de l’Algérie de refuser les appels réitérés du Maroc à rouvrir les frontières terrestres. Dans son réquisitoire, Benkirane a pris le soin d’épargner le peuple algérien. «Les Algériens aiment les Marocains», a-t-il déclaré.

Sur le registre de la normalisation des relations du Maroc avec Israël, un autre sujet où il fallait éradiquer toute équivoque surtout après  la déclaration d’Abdessamad Haiker, député de la formation islamiste sur la question.

A ce titre, tout en affirmant son appui à ses «frères» palestiniens, il n’a pas dénoncé la reprise des relations diplomatiques avec Israël.  Un jeu d’équilibriste auquel il s’est adonné pour justifier la position de son parti. D’ailleurs, il n’a pas manqué de reprocher à ses «frères» du Moyen-Orient d’avoir critiqué  le rapprochement avec Israël en mettant en avant que le Maroc doit gérer des impératifs géopolitiques et que son parti ne va pas «condamner notre Etat».

Et à ce titre, le parti islamiste a exprimé «le soutien inconditionnel aux efforts de notre pays pour défendre la cause de notre intégrité territoriale, et sa participation active pour faire face aux défis extérieurs décisifs». D’ailleurs, il n’a pas manqué de souligne que le roi «a avec lui 40 millions de personnes qui comprennent les circonstances et le problème que nous avons dans des provinces du sud»

Autre message fort qu’il faut souligner c’est la constance de la postions marocaine vis-à-vis de la question palestinienne. A ce titre, il a rappelé que «Sa Majesté le roi ne cesse de réitérer son appui aux Palestiniens mais il fait face à des problèmes et à des circonstances particulières.» Et d’ajouter que le débat sur ses questions se doit de se faire dans les règles de l’art: «si vous n’êtes pas d’accord avec lui, respectez-le (…) »

 

 

 

 

laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus