Le ministère de la Justice poursuit sa digitalisation en lançant quatre nouveaux services

Le ministère de la Justice a procédé, mardi, au lancement officiel de quatre nouveaux services numériques en vue de faciliter l’accès de l’ensemble des citoyens à ses différentes prestations.

Le lancement a eu lieu lors d’une cérémonie présidée par le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, à l’Institut Technopolis de Sala Al Jadida, en présence du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi et de la ministre déléguée chargée de la Transition numérique et de la Réforme administrative, Ghita Mezzour.

Ces nouveaux services, développés par la Direction des études, de la coopération et de la modernisation au ministère de la Justice, portent sur quatre volets de l’administration judiciaire, à savoir le casier judiciaire électronique, qui a été développé et renouvelé en fonction des exigences des usagers des tribunaux, et ce à travers la digitalisation du circuit de dépôt de demande et de retrait du document.

Le ministère a également lancé le portail référentiel électronique du personnel judiciaire, qui contient une base de données de tous les avocats, notaires, experts et traducteurs, entre autres, et qui permet aux citoyens et professionnels de justice de bénéficier d’une référence fiable et à jour.

Il s’agit aussi du service du paiement électronique des amendes pour les infractions liées au code de la route, détectées par le radar fixe, qui sera doté de la possibilité de consulter les infractions enregistrées à l’aide de la carte d’identité nationale, ainsi que d’un service de centre d’appels visant à assurer une communication efficace entre les citoyens et tous les acteurs du système judiciaire et ce, en les orientant vers les différents services fournis par le ministère de la Justice.

S’exprimant lors de cette cérémonie, A. Akhannouch a souligné que ce chantier s’inscrit dans le cadre des priorités de l’action du gouvernement, étant donné que la digitalisation de l’administration constitue un moyen essentiel pour atteindre l’efficacité et la transparence et renforcer la confiance entre l’administration et le citoyen.

Il a fait savoir que l’Exécutif a fait le pari d’opérer une révolution numérique au sein des différentes administrations publiques, ajoutant que « de cette conviction est née l’idée de créer un ministère délégué chargé de la Transition numérique et de la réforme administrative, dont le but est d’élaborer des plans et des stratégies pour fournir une gamme de services à distance, que ce soit dans les administrations publiques ou dans divers autres secteurs, publics ou privés ».

Pour sa part, A. Ouahbi a assuré que cette initiative vise la mise en œuvre du projet de « transformation numérique de l’administration », en tant que projet stratégique qui puise son origine dans les Hautes Orientations Royales, appelant à mettre à disposition les moyens technologiques modernes pour diffuser l’information juridique et judiciaire.

vous pourriez aussi aimer
laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus