Bilan

Franck Riester au Maroc: Le partenariat franco-marocain en question

Plus d’une année après son premier déplacement au Maroc, le ministre français délégué au Commerce extérieur, Franck Riester, est de nouveau attendu au Maroc ces 22 et 23 novembre. Au menu, des rencontres avec le patronat, mais aussi avec les ministres Ryad Mezzour et Mohcine Jazouli.

Cette visite sera l’occasion pour le ministre délégué d’“évoquer les sujets d’avenir du partenariat franco-marocain”, indique un communiqué de l’ambassade de France au Maroc. Ainsi, Franck Riester s’entretiendra, le mardi 23 novembre à Rabat, avec Ryad Mezzour, ministre de l’Industrie et du Commerce, ainsi que Mohcine Jazouli, ministre délégué chargé de l’Investissement, de la convergence et de l’évaluation des politiques publiques.

Des échanges qui, d’après la communication de la chancellerie française, constitueront l’occasion “de faire le point” sur la relation économique bilatérale et “d’échanger concrètement sur les pistes d’avenir pour renouveler et renforcer” le partenariat entre les deux pays.

Rencontre avec le patronat

La veille, le monsieur Commerce extérieur du gouvernement français s’entretiendra avec différentes figures du patronat marocain à Casablanca. Franck Riester rencontrera Chakib Alj, président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et devrait échanger avec un panel sélectionné de chefs d’entreprise à Casablanca.

Il aura un moment d’échange avec France Business, la communauté d’affaires française au Maroc, ainsi que tous les acteurs qui les accompagnent dans leur développement, pour mesurer les opportunités de coopération avec le secteur privé marocain. Dans la même journée, le ministre devrait également visiter l’espace d’innovation La Factory afin “d’apprécier le dynamisme de l’écosystème de startups marocaines”, indique la communication.

Quelques semaines après avoir effectué une tournée de deux semaines dans différents pays d’Afrique de l’Est, Franck Riester est donc attendu pour consolider le partenariat économique entre les deux pays. La France reste le deuxième fournisseur du Royaume, détenant 12,2 % des parts de marché derrière l’Espagne (15,6 %).

Accès illimité

Récemment, il expliquait au Figaro le besoin de la France d’accentuer son déploiement à l’international, et ce malgré certains revers, à l’image de l’annulation du contrat d’armement entre la France et l’Australie. “Une partie de notre avenir passe par un déploiement de nos entreprises à l’international, expliquait-il. Plus de 30 % de notre PIB est lié à nos exportations.”

Soutien du Maroc sur la décision de l’UE

Le ministre avait récemment pris position au sujet la décision d’annulation, le 29 septembre par le Tribunal européen, des accords agricoles et de pêche avec le Maroc. Un jugement qui faisait suite aux recours déposés par le mouvement séparatiste du Polisario en mars 2019 visant les accords agricoles et de pêche qui lient le Maroc à l’Union européenne et qui incluent le Sahara.

Interpellé par le député de la neuvième circonscription des Français établis hors de France, M’jid El Guerrab, sur ce sujet, Franck Riester avait annoncé que la France soutient l’appel du Maroc contre le jugement du tribunal européen. “La France est un partenaire privilégié du Maroc et nous voulons absolument soutenir toutes les démarches qui assurent la stabilité des relations entre l’Union européenne et le Maroc”, avait-il estimé.

À l’occasion de son premier déplacement hors Union européenne comme ministre délégué au Commerce extérieur en octobre 2020, Frank Riester avait déjà vanté un partenariat entre les deux pays qui devait notamment couvrir les secteurs d’avenir tels que la décarbonation de l’économie, les énergies renouvelables, la ville durable ou encore la “Smart city”. L’occasion de mettre un accent sur les nouvelles technologies comme piste à développer pour les deux pays.

Première visite d’un ministre français après la pandémie, sa venue inaugurait une séquence de visites de représentants du gouvernement, qui a vu le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, Jean-Yves Le Drian (Affaires étrangères) et Éric Dupond-Moretti (Justice) lui emboîter le pas.

 

laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus